Connaître Pékin parmi les dynasties et les empereurs

Premier voyage à l’Est, destination Chine. Après avoir voyagé plusieurs fois en Amérique du Sud, et une seule fois au Moyen-Orient, est marquée par le choix de commencer enfin à explorer des terres que vous ne connaissez qu’à travers des histoires, des photographies, des images, l’histoire, mais sans avoir la moindre idée de ce que signifiait l’approche d’une culture très différente de la vôtre. Et vous voilà en train d’atterrir sur le plus grand aéroport chinois de tout le pays, Beijing (Pékin) qui est sur le point de devenir le plus grand aéroport du monde. Après des heures de vol vous voici arrivée à la capitale de la Chine qui vous a accueillera avec un air étouffant et un ciel gris. Vous êtes équipés de masques contre les poussières fines que vous n’avez jamais utilisés, car, malgré les nombreux avertissements à leur sujet, il est sur que l’air que vous respirez n’est pas du tout mauvais, au contraire, il est beaucoup plus durable que ce que vous devrez endurer dans de nombreuses villes beaucoup plus petites et beaucoup moins peuplées que Bejing (Bej – nord et jing – capitale). La capitale compte 20 millions d’habitants et 5 millions de voitures.

La première étape de votre visite de la ville est la place Tian’ An Men : avec ses 44 hectares, c’est la plus grande place du monde.

Au centre, se trouvent le monument aux morts et le drapeau de la République populaire de Chine qui règne majestueusement devant le bâtiment du gouvernement entouré d’un jardin très coloré. Devant le mausolée de Mao, son portrait, qui domine la porte Tian’ An Men donnant sur la place, le voit dans la même position, mais chaque année, il change. Tous les 12 mois, un portraitiste mandaté par le gouvernement doit créer une image vivante, nouvelle et majestueuse pour commémorer sa présence. La porte de Tian’ An Men est flanquée d’une route de 40 km de long qui divise la ville d’est en ouest.

Entre le nord et le sud, se trouve l’entrée de la Cité interdite qui, avec ses 76 hectares d’extension et ses 9999 pièces, est l’une des structures les plus spectaculaires.

La Cité interdite est définie comme tel, car elle était le siège politique de l’empereur et de ses élus, qui devaient quitter tous les palais et résidences le soir. Les seuls autorisés à rester étaient les 3 000 concubines parmi lesquels l’empereur devait faire un choix chaque nuit pour passer la nuit. Après une sélection par âge, 7 ont été retenues pour lesquelles différentes pièces ont été destinées, meublées et positionnées différemment selon celles qui étaient, plus ou moins, préférées par l’empereur. À l’entrée de la ville, se trouve le Palais de la Longévité, et pour suivre celui de l’Harmonie, deux structures à l’intérieur desquelles on peut admirer le trône de l’empereur placé au centre et divers perchoirs avec des vases en bronze. Tout autour il y a de longues allées, des pavillons, des jardins et des pagodes typiques qui abritaient la vie politique dans l’antiquité.

Pour séparer la Cité interdite du reste de Pékin il y a un fossé rempli d’eau de 52 mètres de large et un mur assez haut. 

L’image de la porte de la ville vue depuis les douves est vraiment très impressionnante. La résidence d’été de l’Empereur, en revanche, s’étend sur 290 hectares et se situe au nord-ouest de Pékin et se compose du merveilleux Palais d’été. À l’intérieur, vous pouvez admirer un immense lac avec trois îles au centre et une colline douce avec une belle pagode au sommet. Pour goûter à la douceur du lieu, vous pouvez louer un pédalo couvert et profiter de la tranquillité et de l’harmonie que ce merveilleux ouvrage peut donner. Le Palais d’été accueille de nombreux touristes, il est difficile de rencontrer beaucoup de Chinois qui viennent passer les après-midi ensoleillés à la recherche d’un peu de fraîcheur, car c’est une structure avec droit d’entrée, contrairement à beaucoup d’autres mises à disposition gratuitement aux habitants. À l’intérieur de la verdure, il y a un très long couloir qui est interrompu en plusieurs endroits par l’existence de 4 pagodes qui représentent les 4 saisons. Pour continuer à savourer le mysticisme de la capitale, vous pouvez vous éloignés de plusieurs kilomètres jusqu’à ce que vous atteigniez les tombes Ming et la Via Sacra. La dynastie des Ming comptait 16 empereurs. Deux d’entre eux sont enterrés à Nanjing, un dans le Palais d’été, et pas moins de 13 sous les 13 tumulus découverts autour de Pékin.

Très inhabituelle est la façon dont les empereurs sont enterrés. Chacun était destiné à une colline couverte de verdure. Les tombes n’ont en fait pas été retirées de leur emplacement pour ne pas affecter la volonté de leurs prédécesseurs de laisser les empereurs reposer à jamais. Vous ne pouvez donc qu’admirer ces collines et un petit musée où sont exposés de vieux bijoux et des objets utilisés dans l’Antiquité. Très belles les coiffes de Jade et les pierres précieuses qui ornaient les souverains lors des manifestations publiques, différentes selon l’occasion qui allait à la garnison. À proximité des tombes Ming, entourées d’une végétation épaisse, s’étend sur 1,5 km la Voie Sacrée, aux côtés de laquelle sont placés des animaux de pierre géants : on y trouve des éléphants, des lions, des chevaux, ainsi que des animaux fantastiques typiques des croyances chinoises. La journée consacrée à la visite de la Grande Muraille est à ne pas manquer lors d’un voyage à Pékin. 

Conseils pour voyager en Islande
Voyager en solitaire dans les trains russes