Le parc national de Bryce Canyon dans l’ouest des États-Unis

À environ deux mille mètres au-dessus du niveau de la mer, au bord du plateau de Paunsaugunt, se trouve le canyon de Bryce, au sud d’Utah. Ce monument naturel est facilement accessible par l’autoroute 12. Situé entre Las Vegas et Salt Lake City, une visite du parc peut facilement être intégrée à un tour des États de l’Ouest. Il doit son nom au mormon Ebenezer Bryce, qui est venu dans cette région avec sa famille en 1875 pour aider à construire un énorme fossé d’irrigation. Pour faciliter le transport du bois des forêts, il a construit une route dans les Pink Cliffs qui se termine par un amphithéâtre naturel. Cet endroit fut bientôt appelé Bryce’s Canyon et même lorsque M. Bryce partit peu après, le nom resta le même.

Bryce Canyon : les origines du parc

Dans le Bryce Canyon, ce n’est pas une puissante rivière qui a créé les étranges formations rocheuses. Le soulèvement tectonique, la sédimentation, l’érosion et des éléments tels que le vent, la pluie et le gel ont ciselé les nombreuses tours pointues et aiguilles dans la roche. Des sédiments ferrugineux et des traces de manganèse ont coloré les roches dans différentes nuances de rouge et d’orange. Un peu plus imaginative et poétique est la tradition des Indiens Paiute. Cet étrange monde rocheux a été créé lorsque le dieu Coyote, dans sa colère contre le peuple, l’a recouvert de peinture et l’a transformé en pierre. Mais quelle que soit l’explication que l’on préfère, le spectacle des premiers rayons de soleil qui touchent les pics rocheux et déclenchent un jeu de couleurs spectaculaire est tout simplement bouleversant.

Ce qui rend le parc aussi exceptionnel

La variété des couleurs et des formes des couches rocheuses n’est pas la seule à être fascinante, la faune et la flore à l’intérieur du canyon sont également dignes d’intérêt. Les pins vieux de milliers d’années de Rainbow Point, dont le point le plus élevé du parc se situe à 2778 mètres, sont aussi impressionnants que les chiens de prairie, les pumas ou même les ours noirs, mais on les voit très rarement. Le visiteur a plus de chances de voir des cerfs ou de mignons écureuils terrestres se précipiter le long des chemins puis se précipiter vers l’arbre suivant en un rien de temps. Ceux qui ont assez de temps ne doivent pas manquer d’explorer le canyon à pied. Plusieurs sentiers de longueurs et de degrés de difficulté différents offrent des aperçus impressionnants du parc national. Le non plus ultra est certainement le Under The Rim Trail, qui traverse tout le canyon sur 23 miles et peut être maîtrisé en plusieurs jours. Le permis nécessaire peut être obtenu au Centre des visiteurs. Bien sûr, vous devez toujours vous assurer d’avoir le bon équipement – les bonnes chaussures et suffisamment d’eau – pour toutes les randonnées, et l’altitude ne doit pas être sous-estimée. Si vous n’avez pas beaucoup de temps, la route panoramique de 18 miles de long au bord supérieur du canyon est une bonne option. De nombreux points de vue offrent une vue imprenable sur les tours et les piliers de pierre. Pendant les mois de mai à septembre, des navettes sont également utilisées sur cette ligne. Ceux qui veulent se rendre dans le parc avec leur propre voiture ou camping-car paient environ 25 dollars pour un billet valable sept jours. Dans le parc, il est possible de passer la nuit sur deux terrains de camping simplement équipés.

L’observation des baleines : un spectacle naturel à voir au Mexique
Vacances en Allemagne : un séjour placé sous le signe de la nature