Rendez-vous avec la nature dans les parcs de Stockholm

La Suède est une oasis verte, par force et par choix.

Bien sûr, parce que, même s’il est le cinquième pays de l’Union européenne par sa superficie (environ 449 964 kilomètres carrés), il est l’un des moins peuplés : même s’ils sont en plein boom démographique, les Suédois ne sont que 9 000 000 et 2 500 000 vivent à Stockholm. Pour vous donner une idée de la différence, les Italiens, selon les données ISTAT 2014, sont 61 000 000 sur un territoire qui n’est que de 302 070,8 kilomètres carrés.

Par choix, car malgré le fait que Stockholm soit construite de manière continue et serrée, la course à la croissance des bâtiments concerne en grande partie la capitale et est encore fortement contrôlée. Le reste de la Suède est vert et rouge, car le rouge est la couleur traditionnelle des fermes en bois dispersées dans les champs, à l’orée des bois.

Mais même à Stockholm, les oasis de verdure ne manquent pas et les verts parcs qui entourent la ville offrent de précieux poumons verts pour respirer, faire du sport, se détendre, prendre des bains de soleil pendant les trois mois d’été et vivre en contact avec la nature.

Skogskyrkogården : au cimetière du sport

Oui, aussi étrange que cela puisse nous paraître, à Skogskyrkogården, vous allez vous souvenir de vos proches enterrés ici dans des tombes avec de petites pierres tombales très sobres sous le doux manteau d’herbe, mais vous allez aussi admirer un parc qui est devenu un site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994, pour marcher et se rafraîchir dans la chaleur de Stockholm (oui, Stockholm peut aussi être chaude, très chaude), pour faire une promenade à vélo parmi le vert et les couleurs des azalées, pour faire de la marche nordique (ici très populaire) ou simplement pour s’arrêter, peut-être, sur la colline où la mythique Greta Garbo est enterrée et profiter du calme et de la vue.

Comment s’y rendre : Prenez la ligne verte du métro en direction de Farsta Strand et descendez à Skogskyrkogården. A la sortie, avec la station de métro derrière vous, prenez à droite et vous y serez en 5 minutes de marche. L’entrée est gratuite.

Djurgården : chez Pippi Longstocking et Abba

Le parc occupe toute l’extension de l’île du même nom et était autrefois le siège de la famille royale. Aujourd’hui, cependant, il est l’un des poumons verts de la ville et pas seulement, car cette nature abrite certaines des principales attractions touristiques, notamment :

Musée Skansen : le plus grand musée en plein air du monde est en Djurgarden. Environ 150 maisons ont été transportées ici depuis la ville pour recréer un village avec l’atmosphère authentique de la ville Stockholm entre le 16e et le 20e siècle. Des animaux de ferme (cochons, poulets, etc.) et des animaux sauvages (orignal, loup, ours brun) vivent sur l’île, certains dans la zone du zoo et d’autres dans le village. Les enfants vont adorer. Le prix estimé du billet pour enfants coûte entre 100 et 170 SEK, selon le mois, mais l’accès est inclus dans la carte Stockholm parcs.

Junibacken : C’est la maison de Pippi Longstocking et plus encore. Astrid Lindgren, l’inventeur de Pippi, a imaginé un monde fantasmagorique peuplé de mille personnages que les enfants suédois adorent. Les spectacles et les petites représentations sont à l’ordre du jour, mais il est également possible de se promener dans les salles et de jouer avec les différentes attractions ; la maison de Pippi est ouverte jusqu’à 17h-18h, il vaut mieux toujours vérifier les horaires et le prix d’entrée varie entre 139 et 159 couronnes, prix estimé enfant et adulte. Et toujours avec la carte de Stockholm, l’entrée est gratuite.

Le musée Abba : voici l’occasion de monter sur une vraie scène et de chanter. Au musée consacré au groupe suédois le plus célèbre du monde, Abba, vous pouvez monter sur scène, prendre un micro et chanter une de leurs chansons préférées, peut-être “Mamma Mia”, “Money money money” ou “Chiquitita”. Le musée ferme entre 6 et 8 heures de l’après-midi selon la saison et il est conseillé de réserver à l’avance en raison de la forte affluence. La carte de Stockholm permet un accès gratuit alors que le prix estimé est d’environ 165 couronnes pour Djurgarden.

Comment s’y rendre : Il est facile de se rendre sur l’île de Djungsgården.

En bateau directement depuis Slussen, qui se trouve à Gamla Stan, la vieille ville de Stockholm.

Ou à Normalmsorg, prenez le bus 7 jusqu’à l’arrêt Nordiska museet/Vasamuseet/Junibacken.

Notre conseil : louer un canoë et descendre le canal de Djurgårdskanalen et profiter de la nature.

Millesgården : le jardin des statues suspendues

Carl et Olga Millers, deux artistes suédois, ont acheté la petite île de Lidingö, au nord de Gamla Stan, au début du XXe siècle et y ont vécu jusqu’en 1931. Quelques années plus tard, ils ont fait don de Lidingö, avec leur maison et leur atelier, à la ville de Stockholm, qui a créé une fondation et, en quelques années, a ouvert l’île, la maison-musée et le parc de sculptures aux visiteurs. Les visiteurs qui viennent de loin peuvent se promener dans l’atelier des meuniers ou se perdre dans les sentiers parsemés de rosiers (y aller à la fin du printemps) pour découvrir les sculptures légères et aérées ou simplement s’arrêter sur la pelouse pour lire ou faire une sieste. L’accès coûte environ 150 couronnes suédoises, mais si vous avez une carte des parcs Stockholm, vous aurez un prix d’accès gratuit.

Comment s’y rendre : Pour rejoindre l’île en métro, descendez à Ropsten et prenez l’un des bus suivants : 201, 202, 204, 205, 206 jusqu’à Torsviks Torg et de là, suivez les panneaux indiquant Millesgården.

Le jardin de Kungsträdgården : quand les citoyens de Stockholm sont partis à la guerre

Ce petit parc au centre des parcs Stockholm est un peu une institution et un drapeau au courage et à l’engagement naturaliste des habitants de la capitale. Au cours des années 50 et 60, de nombreux quartiers de la ville ont été entièrement détruits pour faire place à de nouveaux quartiers et lignes de métro. Le parc était donc également destiné à disparaître pour faire place à la station de métro Kungsträdgården. Les citoyens se sont rebellés et le parc a été épargné. Des traces de cet événement subsistent dans la décoration de la station de métro de Kungsträdgården où un artiste a recréé une sorte de fouille archéologique en imaginant ce que nos descendants pourraient trouver : des copies de statues gréco-romaines, des barils de pétrole, du nucléaire et une copie d’un tronc avec quelques coupures données par les volets des ouvriers qui voulaient démolir le parc de Kungsträdgården, mais ils n’ont pas réussi. Astuce : allez-y pour la floraison des cerisiers, prenez un thé chaud et un kannellbullar (gâteau à la cannelle) et profitez du soleil, du parc et de la ville.

Kungliga Nationalstadsparke :

Le premier parc national et nature et urbain du monde, Kungliga, s’étend sur une superficie d’environ 27 kilomètres carrés, de Sörentorp et Ulriksdal ((ici se trouve un charmant petit château et une serre avec café) au nord jusqu’aux îles de Djurgården et Fjäderholm au sud. Largement constituée de territoires de chasse ou de loisirs de la famille royale, la zone, bien que située au centre de la ville, est verdoyante et abrite de nombreux musées dont :

Pour devenir un parc urbain, un terrain doit répondre à deux exigences :

Visité par ceux qui cherchent un endroit pour se détendre, adultes ou enfants, Kungliga est aujourd’hui l’un des verts parcs préférés des cyclistes pour les 36 km de piste protégée. La plupart des attractions sont accessibles gratuitement avec la carte Stockholm. Comment s’y rendre : vérifiez où se trouvent les différentes attractions.

L’observation des baleines : un spectacle naturel à voir au Mexique
Vacances en Allemagne : un séjour placé sous le signe de la nature